Succès pour la 1ère fête de la Saint-Vincent !

Pour la première fois, Saint-Vincent, le Saint Patron des vignerons a été honoré et célébré le samedi 21 janvier sur la commune d'Yerres, et ce, grâce à l'action de l'association La Grappe Yerroise.

>> Retour en images sur une manifestation qui a rencontré un beau succès

La Grappe Yerroise (ci-dessous, des membres de l'association portent leur blason ainsi que la statue de Saint-Vincent) accompagnée de trois confréries (Sucy-en-Brie, Combs-la-Ville et Nogent-sur-Marne) en tenue d'apparat, a célébré toute la matinée la vigne et le vin dans le centre-ville d'Yerres. Un premier volet qui a rencontré un beau succès auprès des Yerrois et amateurs de traditions viticoles.
Tous ont assisté à la bénédiction de la vigne (ci-contre) à 9h30 devant le n° 109 rue de Bellevue, puis ont emprunté à pied un itinéraire défini jusqu'à l'église Saint Honest où a eu lieu la messe. Une dégustation de brioche et de vin chaud (préparée par l'Association des Commerçants Yerrois) sur la place piétonne a ravi les participants, devant une animation musicale réalisée par l'Harmonie Crosnoise. Les festivités se sont achevées au gymnase des Tournelles autour d'un repas.

1500 m2 de vignobles plantés à Yerres
Fêter la Saint-Vincent à Yerres est symbolique. Michel Privat, président de La Grappe Yerroise explique : "Nous avons planté le 4 avril 2011 sur la propriété Delaunay (4000 m2 dont 1500 m2 de vignobles plantés), appartenant à la commune, 300 pieds de chardonnays. L'objectif est de renouer avec la tradition viticole puisque Yerres possédait un petit vignoble." Et d'ajouter : "Sur le blason de la famille Budé (rappelons qu'en 1573, la seigneurie de Yerres est partagée entre deux frères, Dreux Budé et Pierre Budé), on observe trois grappes de raisin. Et historiquement, depuis le Moyen-Age, la vigne est très présente en Ile-de-France. Elle a disparu à la fin du XIXe siècle, à la suite de maladie (présence du phylloxéra, un minuscule puceron qui a ravagé les plantations), de l'industrialisation et de l'urbanisation. Il faut remonter jusqu'en 1876 pour trouver trace du dernier viticulteur sur Yerres."

Un vin culturel en 2013
Ainsi, grâce à l'initiative d'associations et de communes (dotées de petites réserves foncières non bâties), les vendanges seront à nouveau possibles sur le département, qui compte pour le moment une bonne demi-douzaine de petits vignobles.
Sur Yerres, il faudra attendre "2013 pour effectuer les premières vendanges et avril 2014 pour consommer" le breuvage, ajoute Philippe Jouvin, président du Comité de coordination de la région Ile-de-France des confréries (dit Cocorico). Un vin blanc que l'on espère bon, bien que ce ne soit pas l'essentiel. "Ce vin ne sera pas vendu", note Philippe Jouvin, "ce sera un vin culturel, réservé aux fêtes et manifestations. Il n'y a que la ville de Suresnes en Ile-de-France qui possède 1700 pieds de vignes, à vendre sa production à l'Office de Tourisme."
Patience donc pour les Yerrois curieux et désireux de goûter cette boisson locale puisque la vigne demande deux ans pour se former et beaucoup plus pour se fortifier, et ce, grâce aux petits soins d'une dizaine d'adhérents de La Grappe Yerroise, très motivés. "Nous ne sommes que trois à savoir la tailler", confie le président de l'association, "alors nous prenons conseils auprès d'un responsable de la vigne de Villeneuve-le-Roi".

Gageons que la première cuvée yerroise aura du goût et obtiendra, qui sait, peut-être une récompense lors d'un concours, tel que celui organisé par le Comité de coordination de la région Ile-de-France des confréries, lors d'un Symposium.


Retour en images sur la Fête de la Saint-Vincent, samedi 21 janvier :